Mon hommage à la Telecaster - (suite)

Fender telecaster

Fender telecaster

Cette Telecaster de 67 a été souvent exposée dans le magasin, beaucoup de clients la connaissaient, peut être certains encore s’en souviennent..

Un jour elle intégra comme ses consoeurs le grenier de la maison de mes parents où il est bien connu on entrepose les choses dont on ne sait pas se débarrasser, mais pour ce qui me concerne, c’était en l’occurrence par commodité. J’avais au total une demi douzaine de tele, pas plus je crois, et pas toutes excellentes il faut bien le dire... Je me souviens d’une Sherwood green de 69 lourde comme un âne mort et qui ne sonnait pas un clou, mais d’un coloris tellement rare...!!! 100 % d’origine... Mais une mauvaise Tele!! bref...

J’avais bien conscience que laisser dormir ces instruments au grenier, alors que je n’étais pas collectionneur n’était pas dans ma nature, et que si j’avais acheté ces guitares parce qu’elles étaient bonnes (sauf la verte !!! Pouah !! Mais qu’est ce qu’elle était belle...!!!), c’était vraiment un sacrilège de ne pas les jouer.Les guitares doivent vivre, doivent être jouer, elles ne méritent pas le placard !

Alors sur les conseils avisés de ma femme (nous y voilà...) qui évoquait de nécessaires de travaux de ravalement dans la maison, je me suis résigné à me défaire de ces guitares, qui n’avaient pas de valeur sentimentale, aucune n’ayant une histoire personnelle à laquelle j’ai pu être affectivement attaché .

La 68 Fiesta Red a donc repris ses quartiers dans le magasin ...

Vers la fin des années 90, en été, un vendeur m’appelle alors que je me trouvais dans ma maison dans le Vexin - une sacrée belle région d’ailleurs- en me disant je cite : “ Claude, y'a Johnny Depp au magasin il veut t’acheter ta Télé...!”

Aussitôt je prends ma caisse, et déboule au magasin... Le type est vraiment sympa, et un foutu bon guitariste aussi...On sympathise, il me demande “si j’en ai d’autres, je lui réponds “oui, mais celle là c’est la meilleure...!“

Et il l’achète...

Quelques années plus tard, un client et relation de longue date que je n’ai pas vu depuis très longtemps se pointe au magasin, et je lui demande ce qu’il devient  :"Je suis back liner sur la tournée de Vanessa Paradis " me répond t il. "Au fait, ta Tele fiesta, tu l’aurais pas vendue à Johnny Depp...?"

Surpris par sa question je lui réponds que si.

“Eh bien hier, il l’a offert à Vanessa pour son anniversaire...”

Et c’est ainsi que cette fender Télé est passée d’un grenier du 9-3 promise à un avenir plus qu’incertain, aux feux de la rampe de la scène du Zénith, puisque Vanessa l’a jouée lors de ce concert, et qu’elle est en quelque sorte immortalisée dans le DVD qui est sorti.

Voilà donc une histoire de Telecaster... Une histoire parmi tant d’autres...Une belle histoire comme celles que nous ont raconté à travers elle, chacun à sa façon. Ces guitaristes de légende comme James Burton, Jeff Beck, Roy Buchanan, Merle Hagard, Muddy Waters, Dany Gatton, Steve Croper, Albert Collins, Booker T, Eliott Easton, Terry Kath, Jimy Page, Eric Clapton, Seymour Duncan, Bruce springsteen, Chryssie Hynde, Jeff Buckley, Joe Walsh, les Hellecaster... liste non exhaustive, et qui ne cesse de grandir au fur et à mesure que la musique évolue. La Tele, elle, reste éternelle, magique, unique et elle nous survivra…

J’aime à dire que c’est la seule guitare qui rend unique le jeu de chacun d’entre nous, et qui symbolise notre nature notre caractère, notre énergie, notre sensibilité. C’est elle aussi qui a écrit la légende du rock, et continue de le faire avec la même puissance, la même énergie.

"C’ause we’ve ended as lovers " de Jeff Beck est certainement le morceau qui incarne le mieux cet ode majestueux à la Telecaster. L’occasion pour les plus jeunes de le découvrir peut être et pour les autres de se le repasser à donf, dans la caisse. Les beaux jours arrivent…

Claude Gaudefroy

< Première partie

Jeff Beck - Cause We've Ended As Lovers

Jeff Beck at The Fillmore in NYC, April 10th 2009